vendredi 13 mars 2009

Summer time

Une plage en plein été. Elle 45 ans, Lui 49.

LUI
Éprouver cette sorte de solitude, ça me scie. Je ne pensais pas que cela existait avant de le vivre.

ELLE
C’est l’âge.

LUI
Tu crois ?

ELLE, se rétractant
Je ne sais pas. J’ai dit ça pour dire quelque chose.

LUI
Tu trouves que j’ai vieilli ?

ELLE
Mais non.

LUI
Isabelle, répond-moi franchement : est-ce que j’ai pris un coup de vieux ?

ELLE, après un silence, marchant sur des oeufs
Un peu…


LUI
Ah ouais ?

ELLE
Oui… Mais cela n’enlève rien à ton charme. Au contraire même. Les hommes mûrs ont la cote.

LUI, dévasté, écarquillé, n’écoutant pas
Merde.

ELLE
Hé ho, tu m’entends ? Je te dis que ça te va bien.

LUI, peu convaincu
Ouais ouais.

ELLE
Mais oui !

LUI
Tu sais quoi ?

ELLE, maternelle
Quoi, petit chat ?

LUI
Toi aussi tu as vieilli.

Silence. Ils se regardent. Elle accuse le coup.

ELLE, vexée
Ce n’est pas une raison pour devenir désagréable !

LUI, ironique
Non, ça te va bien je t’assure.

ELLE, cynique
Merci, ça fait chaud au cœur !

LUI
Du calme, ne te mets pas dans cet état.

ELLE, énervée
Du calme ? Non mais tu vois comment tu m’agresses ?

Silence. Ils soutiennent mutuellement leurs regards, puis il fini par laisser tomber en esquissant un geste d’impuissance.

LUI
Allez, d’accord, excuse moi.

ELLE
N’en parlons plus.

Un temps.


LUI
Tu as vu cette fille ?

ELLE, acide
Elle te plaît ?

LUI
Arrête un peu. C’est ce dont je te parlais tout à l’heure : pour être seule, elle a besoin d’être entourée. C'est une jolie forme de solitude, non ?

ELLE
Tu es en train de me dire que la « forme de solitude » de cette fille est jolie, c'est bien ça ?

LUI
Oh, il est vraiment impossible d’avoir une discussion avec toi. C’est incroyable comme tu ne t’intéresses à rien d’autre qu’à ta petite personne !

Elle le fixe un instant, silencieuse, puis se met à fouiner dans son sac avec agitation. Elle en extirpe un gros paquet cadeau qu’elle pose sans aucune délicatesse devant elle. Un temps.


LUI
C’est… pour moi ?

ELLE
A ton avis ?

Il reste coi, et la regarde comme un petit garçon pris en faute. Elle se lève et l’embrasse avec tendresse.

ELLE, féline
Je te déteste.

LUI, avec un sourire
Moi aussi.

1 commentaire:

béatrice a dit…

Bonjour

Découvrez hellocoton.fr , la communauté de la fine fleur des blogs féminins !

Faites découvrir votre blog à nos utilisatrices et rejoignez vos amies,

A tout de suite,
Béatrice (http://www.hellocoton.fr)