dimanche 15 avril 2007

Manikaran Police Office




03.09.05
Himachal Pradesh, India

Le bus vers Manikaran était très fatiguant. Je m'étais mis en tête d'aller à Kheerghanga pour éviter la foule de touristes assoiffés de sources chaudes et de bains sacrés, peine perdue ! Après avoir transité à Manikaran au milieu des Sikhs en pélerinage, nous nous sommes retrouvés ballotés par les cahots et les nids de poule d'une mauvaise route de montagne, frôlant le vide à chaque virages, entassés inconfortablement dans cette boîte à roue klaxonnante, lorsque le bus s'est arrêté net.
"No road !", entendons nous crier, et tout le monde qui sort, cohue ; la route pour Keerghanga est en travaux, impossible de continuer, sauf à pied. Et c'est à une demi-journée de marche. A. me demande si j'ai mon porte-monnaie, je lui réponds que non, c'est lui qui a mon sac avec le porte monnaie à l'intérieur, il me certifie que non, je lui rétorque que si, mais non, le porte-monnaie a changé de propriétaire lors de la bousculade de la descente, à l'instant même. Il va falloir aller au commissariat de Manikaran, s'il en existe un.

"Your wallet has been stolen ? Really ? Are you sûre ? Don't even think about smoking pot in Manikaran ! Lots of tourists come here to smoke, in the mountain. Sometime, they lost themsleves in the mountain, we never find them again ! So your wallet was stolen... mmmm... We must make a deposition, but tomorow, because for today, no electricity. Yes, come back tomorow, at 3."

Le lendemain, faire la déposition a pris 2h00. Il a fallu réexpliquer l'histoire 5 fois avec force de shéma, convaincre qu'on ne ment pas, trouver du papier et un stylo, les laisser se concerter à plusieurs reprises. L'intérieur du bureau était trop sombre pour qu'on puisse y voir ou y écrire quoi que ce soit correctement. Sur les 3 tables poussiéreuses, s'empilaient des monceaux de papier noircis d'écriture manuscrite, en Indi.
Finalement, nous réussîmes à clore l'affaire ; la déposition a été copiée en trois exemplaires entièrement à la main par le vaillant jeune homme en uniforme du Manikaran Police Office . Je vous laisse de soin de contempler son oeuvre ci-contre. (cliquez sur les images pour les agrandir)

4 commentaires:

Camille Lapelerie a dit…

les petits tracas qui vous font aimer l inde, et la decouvrir en profondeur, , une organisation formidable (qui fait peur) , des anacdotes a raconter et finallement des souvenirs inoubliables, non ?

laurie a dit…

oui, des souvenirs vraiments uniques et merveilleux

Chouval a dit…

D'ailleurs, tu m'as fait bien rire lorsque tu m'as racontée la fois où le bus a faillit filer sous ton nez, pour cause de pause-pipi. :)

laurie a dit…

ahaha, oui, quel cauchemard !